Un rayon de soleil fortuit ou une ombre à travers le chemin, un chêne desséché par le temps, une pierre couverte de mousse peuvent éveiller une série de pensées, de sensations et d'imaginations pittoresques.
Ainsi pour la représentation de la femme kabyle, j'ai cherché à exposer les plus vieilles représentations. Celles de la Kabyle d'origine, sans l'influence des colonisations répétées et des fusions de cultures qui ont fait d'elle : " une femme commune ".
Commune, mais pas quelconque.. Malgré les nombreux changements, qu'elle a connu, son tempérament n'a guère été ébranlé, elle est restée ferme dans ses convictions et ses sentiments.

Karim DANOUN